• logo linkedin
  • logo email
L'AFD soutient le système éducatif public libanais
La France s’engage à soutenir le système éducatif public libanais à travers le projet NATAFAAL. Le projet, construit en partenariat avec le ministère de l’Éducation et de l’Enseignement supérieur, vise à favoriser le maintien dans le système scolaire des enfants les plus vulnérables et contribue à la réhabilitation d’écoles affectées par les explosions survenues au port de Beyrouth en août 2020.
Contexte

Dans le contexte de crise multiforme que connaît le pays et de grande fragilisation du secteur éducatif public, le projet NATAFAAL (interagir en français) permettra d’agir sur quatre leviers essentiels du maintien à l’école et de la réussite des élèves les plus fragiles, libanais et syriens : de meilleures conditions d’accueil des enfants à l’école, une meilleure qualité des enseignements-apprentissages, de meilleures relations dans et autour de l’école et un plus grand bien-être des enfants à l’école.

L’explosion du port ayant endommagé plus de 240 établissements scolaires, ce projet assurera par ailleurs la réhabilitation d’écoles affectées.

Descriptif

Mis en œuvre par un consortium d’ONG composé du Norwegian Refugee Council, Amel, Ana Aqra et International Alert, ce projet s’articule autour de cinq objectifs principaux :

  • Soutenir la rétention des élèves (leur présence et maintien à l'école) par la mise en place de mesures immédiates de soutien à la scolarisation. Cela inclut des actions de sensibilisation des familles, de suivi rapproché des élèves, de distribution de fournitures scolaires, d’alimentation scolaire ou de mise en place de moyens de transport.
  • Améliorer la qualité des conditions d’accueil des élèves et des environnements d’apprentissage. Des activités de réhabilitation légère et d’équipement des écoles ou des salles de classe seront mises en œuvre.
  • Améliorer la qualité des enseignements-apprentissages. Le projet financera des actions de soutien scolaire et extrascolaire, notamment en mobilisant les centres d’éducation accrédités par le ministère de l’Éducation et de l’Enseignement supérieur.
  • Améliorer le bien-être des enfants par la mise en place d’actions de soutien psychosocial, d’activités sportives et artistiques, de prévention des violences scolaires.
  • Améliorer les relations école-familles et entre communautés d’accueil et communautés réfugiées. Le projet permettra notamment de mettre en place des mesures ciblées de soutien à la scolarisation pour atténuer les impacts des inégalités d’accès et favoriser la cohésion sociale.
Impacts

Le programme de rétention scolaire sera mis en place dans dix écoles publiques identifiées par le ministère de l’Éducation et de l’Enseignement supérieur, dans différentes localités libanaises : Akkar, Baalbeck, Ouest-Bekaa, Zahle, Baabda, Minieh-Denieh, Tripoli et Beyrouth. Environ 7 500 élèves, 3 800 familles et 800 enseignants en bénéficieront.

Les travaux de réhabilitation d’écoles suite à l’explosion toucheront 1 968 élèves et contribueront à la restauration de près de 10 à 15 écoles, dont 6 déjà identifiées par le ministère.

01/02/2021
Date de début du projet
2 ans
Durée du financement
Beyrouth, Akkar, Baalbeck, Ouest-Bekaa, Zahlé, Baabda, Minieh-Denieh, Tripoli
Localisation
Outils de financement
Programme de financement
10 000 000
EUR
Montant du financement
En cours
État
Conseil norvégien pour les réfugiés (Norwegian Refugee Council), Amel, Ana Aqra, International Alert
Bénéficiaires

Donnez-nous votre votre avis sur notre site web en répondant à notre grande enquête !