• logo linkedin
  • logo email
exchange-rate-balance-payment-risks-development-finance

Les auteurs analysent les risques de taux de change et de crise de la balance des paiements lorsque les BMD prêtent, en période de forte conjoncture, aux BND, pour que ces dernières prêtent ensuite à des projets d'investissement. Les projets d'investissement peuvent être des projets "d'amélioration des exportations" (EXIP), qui génèrent des devises fortes (par exemple, la construction d'un port ou le développement de l'agriculture d'export), ou des projets "à vocation nationale" (DOIP), qui ne génèrent pas de devises fortes (par exemple, une ferme solaire ou un système d'égouts). Si les BMD veulent augmenter la proportion des prêts accordés aux DOIP, elles doivent augmenter leur refinancement aux NDB et leur accorder plus de temps pour rembourser les prêts. En outre, les BMD doivent réduire le taux d'intérêt appliqué aux NDB.

Ce papier de recherche est publié dans le cadre des groupes de travail de l'International Research Initiative on Public Development Banks, et à l'occasion de la 14ème conférence internationale de recherche de l’AFD sur le développement.

Réaliser le potentiel des banques publiques de développement pour atteindre les objectifs de développement durable, c’est l’ambition du programme de recherche lancé par l'Institut de la nouvelle économie structurelle de l'université de Pékin (INSE), et soutenu par l’Agence française de développement, la Fondation Ford et l’International Development Finance Club (IDFC).

Consulter la synthèse pour un aperçu rapide de ce travail et des résultats de recherche

Visionner le pitch vidéo

Année de publication :
2020