• logo linkedin
  • logo email
Hackathon Brésil
Dans le cadre de sa série « Innovation partagée », l’AFD met en lumière des programmes novateurs créés ou développés dans nos pays partenaires.

Entre le 30 novembre et le 12 décembre, étudiants et professionnels brésiliens se sont réunis pour travailler sur la place des données dans la construction des villes intelligentes et réaliser des outils simplifiant la compréhension des problèmes publics par les agents des municipalités.

Lire aussi : « Innovation partagée », tous les articles



Pendant treize jours, une centaine de participants ont mis leur expertise au service de l’amélioration des politiques publiques d’urbanisme lors du Hacker Cidadão, hackathon annuel organisé par Emprel, la société d’économie mixte de la ville de Recife, au nord-est du Brésil. En 2020, grâce au Fonds d'expertise technique et d'échanges d'expériences (FEXTE), l’Agence française de développement (AFD) a pu collaborer au développement de l’événement avec l’appui de Datactivist, société coopérative française spécialiste de l’open data, les « données ouvertes ».
 
Là où les précédentes éditions du Hacker Cidadão se sont concentrées sur le développement d’applications ou de sites Web, l’événement cette année a privilégié la réalisation de visualisations de données (dataviz). En partant du concept de la « ville du quart d’heure » proposé par Carlos Moreno, professeur à la Sorbonne, (concept imaginant une ville où tout serait accessible à pied ou à vélo), les participants ont analysé les données mises à disposition par la ville de Recife. Le but était de comprendre le territoire et d'outiller les agents publics grâce à ces résultats. L'initiative visait à démontrer l’intérêt de la donnée dans l’analyse des problèmes publics et le rôle de la data dans le développement des stratégies visant la construction des smart cities

Un hackathon entièrement en ligne 

Divisés en neuf équipes, une centaine des participants ont mis leur expérience au service de l'intérêt général. Ils ont pu s’appuyer sur six keynotes couvrant des sujets sur le thème de l’événement et commentés par des professionnels de tout le pays. Prévues également, la présence de 23 mentors dispersés dans tout le Brésil et la tenue de trois webinaires de pré-lancement, couvrant là aussi des sujets divers et variés. Les keynotes et les webinaires ont été mis à disposition des participants sur le site de l’événement.
 
Au total, le concours a distribué 6 000 réals (près de 1 000 euros) en prix aux trois premiers lauréats. Une aide de l’ordre de 10 800 réals (1 700 euros) est attribuée à l’équipe arrivée en tête du défi pour qu’elle puisse améliorer sa solution et la rendre disponible dans le portail open data de la mairie de Recife dans un délai de deux mois. 

Recife, « ville du quart d’heure » 

De plus en plus développé en France, le Brésil a découvert pour la première fois le concept de la « ville du quart d’heure » développé par le Pr Moreno en le mettant en application à la ville de Recife. L’enquête comportait trois grandes phases : cartographier les dispositifs publics présents à Recife dans les six axes du Pr Moreno (accès à la santé, hébergement, éducation, nourriture, loisir et culture) ; analyser la disposition des services et équipements dans la ville grâce à ces éléments visuels ; puis proposer des solutions concrètes visant à la mise en place de la « ville du quart d’heure » dans la capitale de l’État du Pernambouc.

Les résultats 
Deux semaines après l’événement, les vainqueurs ont été désignés : 
  • Première place : Move Recife

Move Recife a concentré ses efforts dans l'habitation et l’accès à l’emploi dans la ville via le vélo. Le groupe a réussi à aller au-delà des données mises à disposition par la municipalité pour ajouter de la data de plusieurs sources différentes. Objectif : comprendre « les Recifes », c'est-à-dire « les différentes villes qui existent au sein de Recife ». 

Grâce à ces données, Move Recife est notamment parvenu à réaliser un découpage par catégorie socio-économique et a découvert que, dans le trajet domicile-travail, le vélo est utilisé principalement par les classes les plus populaires. Par ailleurs, les pistes cyclables sont sur-représentées dans les quartiers où les citoyens n’utilisent pas le vélo comme moyen de transport. L’équipe a également présenté des résultats clairs et des propositions concrètes visant à la mise en place de la « ville du quart d’heure » à Recife. 

hacker cidadao projet
Représentation des pistes cyclables selon un découpage de classes et ethnique
  • Deuxième place : Recifé 

La deuxième équipe gagnante a choisi de diriger son analyse sur trois axes principaux : travail, santé et éducation. Pour rendre son analyse encore plus intéressante, les membres de Recifé ont ajouté des données socio-démographiques dans leur analyse. À partir de ce découpage, ils ont identifié quelques problèmes principaux, comme une mauvaise couverture des lycées, un manque d'hôpitaux publics et une infrastructure cyclable déficitaire. Comme solution, Récifé a proposé une plateforme où, grâce à l’open data, les agents publics en charge du pilotage des politiques publiques peuvent identifier des « vides » de services municipaux dans le territoire.

hacker cidadao projet 2

  • Troisième place : Cicloviz 

L’équipe de Cicloviz a identifié deux problèmes principaux à Recife : le manque d’équipements nécessaires (santé, éducation, etc.) pour le développement de la « ville du quart d’heure » dans quelques quartiers et, dans des quartiers où la « ville du quart d’heure est aujourd’hui possible », un problème d'insécurité, notamment vis-à-vis des cyclistes, à cause d’une infrastructure déficitaire pour les vélos. 

Cicloviz propose de développer une plateforme en ligne, capable de rassembler des données de plusieurs sources (publiques et privées, mais également issues des associations), et d’établir des tableaux de bord afin d’aider les agents publics à identifier facilement les problématiques. 

hacker cidadao projet 3
Disposition des services de santé à Recife par rapport à l’infrastructure cyclable