• logo linkedin
  • logo email
etude mobilité phuket afd
À Phuket, une étude démarrée en février 2020 et financée par l’Agence française de développement (AFD), vise à analyser des alternatives inclusives et respectueuses de l’environnement pour construire une mobilité plus durable sur l’île. Plusieurs propositions ont été présentées le 17 novembre 2020 lors d’un atelier participatif.

La province de Phuket est principalement connue pour ses plages paradisiaques, en faisant ainsi une destination touristique mondialement connue. Mais elle se caractérise aussi par une forte congestion routière – l’île ne compte pas moins de 700 000 habitants – et un réseau de transports en commun limité.

Afin de développer une offre de mobilité plus durable, l’AFD finance une étude qui vise à comprendre les modes de déplacement actuels, étudier les différentes options de transport en commun – notamment le projet de tramway reliant l’aéroport à la ville de Phuket – mais aussi développer des propositions de préservation du patrimoine et d’urbanisme tactique. Cette étude est menée par un consortium de trois bureaux d’études français : Des Villes et des Hommes (DVDH), Egis et l’AREP.

Première priorité : étudier les mouvements de population

Avant de pouvoir repenser la mobilité, il faut d’abord comprendre ses principales caractéristiques, c’est-à-dire savoir comment les gens se déplacent. Plusieurs enquêtes ont donc été menées pour dresser un état des lieux des habitudes de déplacement sur l’île.

Une enquête de trafic s’appuyant sur des enregistrements vidéo continus de 6 heures à 20 heures, déployés sur 21 intersections de l’île, a permis d’analyser les volumes de trafic et l’occupation des véhicules. La pandémie actuelle n’a pas rendu possible l’analyse des flux liés à l’activité touristique, le tourisme international étant interrompu depuis mars 2020. Un modèle de projection de trafic tenant compte des déplacements liés au tourisme des années précédentes a cependant permis de simuler ces flux pour anticiper au mieux les prévisions de trafic des prochaines années.

Une autre enquête a été menée auprès de 1 200 ménages pour les interroger sur leur usage et leur perception des transports publics. Si ceux-ci sont aussi peu utilisés (3 % en moyenne), c’est surtout parce qu’ils sont perçus comme peu efficaces. La plupart des personnes interrogées utilisent une voiture individuelle ou un scooter en ville.

Deux projets en chantier

Au final, ce travail d’enquête a permis de mieux comprendre les usages pour déterminer la viabilité et la pertinence de deux projets : une première ligne de tramway entre l’aéroport et la baie de Chalong, qui passerait par la ville de Phuket, et un second projet qui consisterait à développer un téléphérique pour relier la ville de Phuket au centre névralgique du tourisme de l’île, Patong. Ces deux projets semblent bien acceptés par la population locale, qui se montre favorable à 83 % au premier et à 87 % au second.

L’étude a également mis l’accent sur certains groupes d’utilisateurs potentiels de ce type de transports (habitants suburbains venant travailler en ville, écoliers et universitaires, touristes) et une attention particulière a été portée aux freins potentiels qui pourraient décourager les utilisateurs aux revenus les plus modestes.

Prendre en compte l’environnement et les milieux naturels

Un autre objectif est de proposer des alternatives durables aux projets actuellement à l’étude à Phuket, et notamment au projet d’autoroute en cours. Les projets de tramway et de téléphérique permettraient de répondre à l’objectif de désengorgement, tout en réduisant les émissions de CO2, et en évitant l’ouverture d’une route dans un milieu naturel.

« La mobilité de demain, à Phuket comme partout ailleurs, se doit d’être respectueuse de l’environnement. Cette étude permettra de sensibiliser les autorités aux alternatives qui existent et d’instaurer un dialogue sur les questions environnementales et sociales », s’est réjoui François Carcel, responsable d’équipe projet transports pour l’AFD en Asie du Sud-Est.

Une approche holistique de la mobilité

Cette étude se veut également holistique en intégrant des principes d’aménagements urbains, tel que l’urbanisme tactique, visant à rééquilibrer la répartition de l’espace public entre ses différents usagers (piétons, vélos, voitures) et le rendre plus agréable à vivre.

Par exemple, afin d’anticiper l’installation d’une ligne de tramway, l’étude propose de piétonniser l’une des rues principales de la ville de Phuket. La valorisation du patrimoine est également un axe fort, avec pour objectif de garantir l’intégration du projet avec l’architecture locale et ainsi préserver l’identité culturelle propre à Phuket.

Au-delà du projet de tramway, ces propositions pourraient permettre, à court et moyen terme, de repenser les pratiques urbaines et d’améliorer la qualité de vie dans la ville en redonnant la priorité à l’humain, donc aux piétons, et non plus aux véhicules qui occupent actuellement la quasi-totalité de l’espace public.

 

à lire aussi