• logo linkedin
  • logo email
Quelle équité en matière de dépenses de santé en Afrique subsaharienne ?
Ce projet de recherche se penche sur les bénéfices des dépenses sanitaires totales en termes d’équité. Il met un accent particulier sur les réformes récentes de la couverture santé universelle (CSU) en Afrique subsaharienne, en examinant la distribution des dépenses sanitaires dans trois pays : le Burkina Faso, le Malawi et la Zambie. Ces travaux de recherche visent à mieux comprendre l’incidence distributive des dépenses de santé totales, des dépenses de santé publique et des dépenses liées à des réformes spécifiques à la CSU. Elles seront analysées à différents niveaux : à la fois du point de vue des bénéficiaires individuels et des régions ou structures sanitaires. Pour les chercheurs impliqués dans ce projet, cela permettra d’offrir une vision plus complète de la répartition, équitable ou non, des investissements dans le domaine de la santé.
Contexte

L’adoption récente des Objectifs de développement durable (ODD) renforce le rôle central de la santé en tant qu'élément clé du développement humain, appelant à de nouveaux investissements dans le cadre d'un effort concerté pour vaincre la pauvreté et les inégalités dans le monde. L‘ODD n°3 réitère en particulier l'importance d'investir dans des politiques qui favorisent la couverture santé universelle (CSU), définie par l'accès à des soins de qualité et à une protection financière face aux coûts associés aux problèmes de santé.

La nécessité de maintenir et d'accroître les investissements dans le domaine de la santé, dans le cadre d'une politique globale de développement, s'accompagne de la nécessité de veiller à ce que les investissements réalisés profitent à tous les groupes d'une société, contribuant ainsi à réduire les inégalités existantes en matière d'accès aux soins et de santé entre les populations les plus pauvres et les autres. Les données disponibles et fiables sur les avantages en matière d'équité des récentes réformes de la CSU (allant de la suppression des frais d'utilisation au financement axé sur les résultats) sont encore limitées. De même, on ne sait pas si les investissements dans ces réformes récentes ont modifié les dépenses de santé à l'échelle nationale, augmentant l'incidence distributive de ces dépenses au profit des plus pauvres plutôt que des moins pauvres, comme l'ont montré des recherches antérieures.


Ce projet s’inscrit dans le cadre de la Facilité de recherche sur les inégalités dans les pays en développement et émergents, coordonnée par l’AFD. Financée par l'instrument de coopération au développement de l'Union européenne, cette facilité permet de mettre en œuvre 20 projets de recherche avec des bailleurs de fonds et des centres de recherche du Nord et du Sud sur la période 2017-2020.

Objectifs

Ce projet a pour but de déterminer si la répartition des dépenses totales en matière de santé de la part des dépenses publiques dans ce secteur est devenue plus équitable, en particulier après l’introduction des réformes spécifiques à la CSU. L’objectif n’est pas seulement de décrire les inégalités d’accès aux soins et plus globalement des conséquences pour la santé qui pourraient persister malgré les réformes de la CSU, mais aussi d’explorer plus explicitement le lien entre les investissements financiers consentis et les bénéfices engrangés au sein des groupes socio-économiques concernés. Il s’agit d’analyser l’impact des investissements sanitaires sur l’équité, que ces investissements soient faits par les pays africains eux-mêmes ou avec le soutien de leurs partenaires de développement, afin d’informer efficacement les décideurs et d’orienter les investissements futurs dans la santé. Les chercheurs prévoient également d’évaluer leurs conclusions à la lumière des différentes circonstances sociales et politiques ayant façonné l’émergence et l’implantation des investissements et politiques de CSU spécifiques examinés.

Méthode

Le projet élargit le cadre proposé par McIntyre et Ataguba et publié en 2011. Il mène une analyse d’incidence des bénéfices quasi longitudinale pour évaluer l’évolution de la répartition des dépenses totales, publiques et spécifiques à la CSU (comme les politiques de gratuité, les subventions ciblées ou le financement sur résultat) dans tous les pays, à la fois au niveau du bénéficiaire individuel et au niveau des régions ou structures sanitaires. Traditionnellement, les résultats d’analyse d’incidence des bénéfices sont montrés grâce à des tableaux, courbes de concentration et index. En plus de ces outils traditionnels, les chercheurs prévoient de générer des cartes en fonction des résultats, afin d’illustrer les inégalités spatiales de la répartition des dépenses de santé.

En outre, ils évalueront leurs résultats à la lumière des différentes circonstances dans lesquelles les décisions liées à la santé ont été prises dans chaque pays, afin de pouvoir expliquer, d’un point de vue qualitatif, quels éléments des politiques pourraient avoir généré plus ou moins d’égalité.

Résultats
Enseignements
01/09/2018
Date de début du projet
30/04/2020
Date de fin du projet
Burkina Faso, Malawi, Zambie
Localisation
125 000
Montant du financement
En cours
État

Le contenu de cette fiche projet relève de la seule responsabilité de l’AFD et ne reflète pas nécessairement les opinions de l’Union européenne.