• logo linkedin
  • logo email
Mai 2021 : l'AFD finance 21 nouveaux projets d'ONG françaises
L’Agence française de développement (AFD) a approuvé le 4 mai 2021 l’attribution de plus de 22 millions d’euros de subventions à 20 OSC françaises pour la mise en oeuvre de 21 nouveaux projets dont le budget global s’élève à 45 millions d’euros. Ces projets apportent des solutions concrètes en matière d’insertion professionnelle, de défense des droits des femmes, d’émancipation économique, financière et sociale des populations démunies, de renforcement des services de santé ou encore d’accès à l’énergie.

► Retrouvez l’information complète des décisions de financement du comité ONG de l'AFD du 4 mai 2021 en cliquant ici.


Projets de terrain

  • Observatoire Pharos – Incubateurs des acteurs du pluralisme dans le Sahel, Niger, Nigéria, Mali et Burkina Faso

Dans des contextes de crise, le projet vise à identifier, renforcer et mettre en réseau des associations locales engagées en faveur de la cohésion sociale et du pluralisme culturel et religieux. Il prévoit de cartographier dans chaque pays 40 associations locales œuvrant pour la cohésion sociale et d’en sélectionner 20 pour rejoindre un programme d’incubation. Le 2e axe du projet permet d’intensifier l’engagement des OSC de la cohésion sociale dans les communautés. 

  • CARE – Renforcer la voix collective des femmes et des filles, Mali, Bénin, Madagascar

Le programme a pour objectif de renforcer les Associations villageoises d’épargne et de crédit (AVEC) du Mali, du Bénin, de Madagascar et de la sous-région. Le projet organise aussi leur mise en réseau et favorise une expression collective des femmes et des filles pour la défense de leurs droits et pour une meilleure prise en compte des barrières spécifiques qu’elles rencontrent. 

  • Fert – Les organisations professionnelles agricoles, levier de développement des économies rurales (phase 3), multi-pays

Il s’agit de la 3e phase de la convention programme « TransFert - Les Organisations professionnelles agricoles (OPA), levier de développement des économies rurales », programme multi-pays répondant aux enjeux des agriculteurs et de leurs organisations, en vue d’améliorer les revenus et conditions de vie des agriculteurs et agricultrices et les économies agricoles en Afrique subsaharienne.

  • Entrepreneurs du monde (EDM) – Favoriser l’émancipation financière, économique et sociale des populations les plus démunies à travers l’émergence d’organisations sociales pérennes (phase 2), multi-pays 

Ce projet vise à accompagner le développement de structures de microfinance sociale inclusive qui proposent aux populations parmi les plus vulnérables, exclues des circuits bancaires classiques, des services financiers et socio-économiques de proximité. Dans la continuité de la phase précédente menée de 2017 à 2020, quatre entités de microfinance et leurs bénéficiaires seront ainsi accompagnés au Sénégal, en Guinée, en Sierra Leone et en Côte d’Ivoire. Et une nouvelle entité sera créée au Liberia.

  • GERES – Soutenir l’accès à l’énergie et le développement économique (ECODEV)

Le projet vise à faciliter l’accès à des services énergétiques fiables, durables, modernes et abordables en privilégiant le développement économique. Un changement d’échelle est opéré pour les entrepreneurs et les filières appartenant au secteur de l’énergie. Le GERES décline cette approche transversale dans cinq pays d’intervention avec l’électrification rurale à usage productif au Mali, l’industrialisation de la production de fours à gaz performants et sécurisés au Maroc, la lutte contre la précarité énergétique des ménages en Mongolie et au Tadjikistan, et la structuration de la filière de distribution de foyers de cuisson et de lampes solaires en Birmanie.

  • IECD – Appuyer les dispositifs d’insertion et de formation professionnelle pour les jeunes et les entrepreneurs, multi-pays

Le comité ONG de l’AFD a validé la seconde tranche de la Convention de partenariat pluriannuelle (CPP) « Jeunesse, emploi et entrepreneuriat » visant à appuyer des dispositifs d’insertion et de formation professionnelle pour les jeunes et les entrepreneurs en Méditerranée (Maroc, Égypte, Liban), en Afrique subsaharienne (Côte d’Ivoire, Cameroun, République démocratique du Congo, République du Congo, Madagascar) et en Asie du Sud-Est (Vietnam, Myanmar). L’IECD ambitionne d'aider les jeunes à accéder à un emploi durable en s’appuyant sur deux leviers : l’amélioration des écosystèmes locaux de formation et le développement des capacités de gestion des petits entrepreneurs ou jeunes porteurs de projets entrepreneuriaux. 

La phase 2 de ce projet a pour objectif de consolider, diversifier, autonomiser et pérenniser le programme Palmis Mikwofinans Sosyal (PMS) qui vise à proposer une offre permanente de microfinance sociale inclusive. EDM accompagne les organisations de microfinance jusqu’à ce que celles-ci atteignent leur autonomie financière. Ce projet consistera donc en un programme de renforcement de la structure PMS, sur le plan de son organisation, de sa gestion, de ses compétences et de son offre de services.

  • Samusocial International – Améliorer l’accès des populations vulnérables des bidonvilles de Lima aux services médicaux et psychosociaux (phase 2), Pérou

Cette 2ephase se concentre sur la consolidation du dispositif d’intervention de lutte contre l’exclusion sociale dans le district de Santa Rosa, au nord-ouest de Lima, co-géré par le Samusocial Perú et la municipalité. Deux enjeux caractérisent cette nouvelle phase : maintenir les activités de prise en charge afin de répondre aux besoins médicaux et psychosociaux des populations, et les adapter au contexte sanitaire et aux conséquences de la pandémie de Covid-19.

  • ALIMA – Améliorer l’accès aux soins de santé par le renforcement des activités à base communautaire des populations affectées par le conflit dans la région de Tillabéri, Niger

Dans la région de Tillabéri, durement touchée par les répercussions de la crise malienne et le développement des groupes armés non étatiques, le projet contribue à réduire la mortalité des populations déplacées internes et communautés hôtes et renforce la prise en charge sanitaire des populations des districts de Ayorou et Abala. Afin d’améliorer l’accès aux soins, le projet prône une approche à base communautaire.

  • Small Islands Organisation (Smilo) – Renforcer la société civile pour le développement durable des petits territoires insulaires par une gouvernance partagée, multi-pays

Ce projet poursuit un double objectif. D’une part, accompagner quatre îles d’Afrique (Brava au Cap Vert, Nosy Hara à Madagascar, Principe à Sao Tomé-et-Principe, Gorée au Sénégal) dans leur processus de développement durable et de labélisation « Île durable ». D’autre part, mettre en réseau toutes les îles de l'organisation Smilo afin de capitaliser et dupliquer les bonnes pratiques, et mener des actions de plaidoyer pour une meilleure prise en compte par les décideurs politiques des enjeux de développement durable de ces petits territoires insulaires. 

Le projet a pour objectif de mettre fin à l'impunité en matière de violences basées sur le genre et de violences sexuelles liées au conflit, favorisée par la crise multidimensionnelle que le Mali connaît depuis 2012. Il est mis en œuvre en partenariat avec ASF Mali et WiLDAF dans cinq régions (Bamako, Koulikoro, Gao, Ségou et Mopti). 

  • Croix-Rouge française – RIPOSTE : renforcement des interventions pré et post-épidémies, Cameroun, Guinée, RDC et les zones Caraïbes et océan Indien

Le programme vise à renforcer les capacités des Sociétés nationales de la CRCR (Croix Rouge - Croissant Rouge), des acteurs institutionnels et de la société civile face aux risques épidémiques et d’autre part à développer des outils innovants afin d’améliorer la gestion des épidémies, grâce à plusieurs partenariats scientifiques. Des outils de prévention et de gestion des risques épidémiques se concrétisent sous forme de lignes directrices, de curricula de formation et de guides opérationnels pour les équipes de terrain.

  • Sipar – Employabilité et engagement citoyen des jeunes dans un contexte post-Covid, Cambodge

Pour renforcer l’employabilité des jeunes, le projet travaille en premier lieu à améliorer leur parcours d’orientation, mais aussi à renforcer leur engagement citoyen. En appui transversal à ces deux objectifs, il prévoit l’édition de documents supports et l’outil numérique.

  • Grandir dignement – Accompagner les États et leur société civile vers la pleine appropriation et utilisation des mesures et peines alternatives à la détention des enfants en conflit avec la loi (phase 2), Madagascar et Niger

Le projet promeut une justice respectueuse des droits des enfants, en privilégiant l’éducatif au répressif et en soutenant les autorités malgaches et nigériennes dans la mise en œuvre et le déploiement de mesures (avant jugement) et peines (après jugement) alternatives à la détention pour les enfants en conflit avec la loi (ECL).

  • Fédération Handicap International – Emploi et Handicap (phase 2) : « Vers un accès à l’emploi décent, salarié ou indépendant, pour les personnes handicapées au Sénégal, Bénin, Tunisie et Maroc »

Le projet appuie les organisations de la société civile, en particulier les organisations de personnes handicapées, pour renforcer leur légitimité auprès des services publics comme acteurs de l’accompagnement inclusif. Les difficultés d’accès à l’emploi touchent particulièrement les jeunes et les femmes en situation de handicap. Le projet fait donc face à de nombreux enjeux socio-économiques parmi lesquels la lutte contre la pauvreté et l’exclusion sociale, la promotion de l’équité et de l’égalité des chances, l’employabilité des jeunes et l’emploi décent et durable.


Projets d'intérêt général

Le projet contribue à renforcer et valoriser, en France et en Europe, l’expertise associative de treize OSC auprès des acteurs publics et privés du développement et de la solidarité internationale. Il a pour but d’élargir et de consolider l’action du Groupe Initiatives en matière de capitalisation, mutualisation et diffusion d’expériences, pratiques et méthodes. Il contribue à accroître la coordination et l’efficacité globale des actions du Groupe Initiatives au Nord comme au Sud. Il permet ainsi de mieux répondre aux nouveaux enjeux environnementaux, sociaux, économiques et sanitaires.

  • Oxfam France – Sensibilisation et mobilisation de l’opinion publique française (et francophone) à la lutte contre les inégalités et à la justice fiscale pour réduire efficacement et durablement la pauvreté dans le monde (phase 2)

La campagne d’Oxfam France sur les inégalités vise à mettre en lumière les failles du modèle économique actuel, et à valoriser les initiatives et les modèles alternatifs pour un développement économique compatible avec les enjeux sociaux environnementaux. Il s'agit ici de poursuivre la campagne après une 1re phase déployée entre février 2018 et janvier 2021. Cette campagne s’adresse aux citoyens français et en particulier aux jeunes de 16 à 30 ans pour les inciter encore davantage à se mobiliser. 

  • AVSF – Renforcer la structuration des organisations de solidarité internationale au sein de la Commission Agriculture et Alimentation (C2A) de Coordination Sud

La C2A permet aux ONG françaises de solidarité internationale de définir des positions et des stratégies cohérentes entre elles pour défendre efficacement les agricultures paysannes, et de faire entendre une parole forte s’appuyant sur des analyses de qualité, issues de leur expérience auprès des communautés paysannes du Sud. Le projet comporte un volet tourné vers les partenaires au Sud, pour accompagner et promouvoir les agricultures paysannes. 

  • Le Partenariat – Programme 2021-2023 d’éducation à la citoyenneté, à la solidarité internationale et au développement durable du Centre Gaïa

Acteur de la coopération internationale, Le Partenariat a développé depuis 2006 le Centre Gaïa : il s’agit d’un espace pédagogique destiné au public scolaire de Lille et des Hauts-de-France, qui reconstitue en grandeur nature un quartier et un village sénégalais et dans lequel sont proposés aux classes des ateliers immersifs et des jeux de rôle. Le programme 2021-2023 du Centre Gaïa prévoit de poursuivre les activités de sensibilisation des jeunes publics et de formation d’enseignants à la citoyenneté et à la solidarité internationale. Il intègre le développement de l’éducation au changement climatique et la création de nouveaux ateliers et outils dédiés.

  • RADSI Nouvelle-Aquitaine – Projet Socrate : les associations d’ECSI s’adaptent aux profondes mutations de la société pour porter les valeurs de la solidarité internationale dans le débat public

Le RADSI Nouvelle Aquitaine sensibilise tous types de publics à la citoyenneté et la solidarité internationale afin de faire changer les mentalités, les comportements, et contribuer à la construction d’un monde plus juste, solidaire et durable. Le projet Socrate est conçu et mis en œuvre avec trois réseaux associatifs partenaires : la Maison des droits de l’homme (Limoges), la Maison des citoyens du monde (Nantes) et le CROSI Occitanie. Il permettra aux associations françaises de porter les valeurs et messages de la solidarité internationale et de la citoyenneté mondiale dans les débats publics et les mobilisations citoyennes.

Ce projet est un projet d’éducation au développement durable destiné aux enfants d’Île-de-France et de Ziguinchor au Sénégal. Basé sur l’échange entre classes françaises et sénégalaises et sur des séquences de sensibilisation en milieu scolaire et hors milieu scolaire dans les deux pays, il développe chez les enfants une réflexion sur les modes de vie actuels et les encourage à adopter des comportements vertueux, dans un rapport de solidarité avec les populations les plus touchées par le changement climatique.