• logo linkedin
  • logo email
Octobre 2021 : l'AFD soutient 24 nouveaux projets d'OSC françaises
L’Agence française de développement (AFD) a approuvé le 12 octobre 2021 l’attribution de près de 18,7 millions d’euros de subventions à 23 OSC françaises pour la mise en oeuvre de 24 nouveaux projets dont le budget global s’élève à près de 36 millions d’euros. Ces projets entendent répondre à des enjeux de santé, d’eau et d'assainissement, d’entrepreneuriat, d’autonomisation des femmes, d’éducation, de sécurité alimentaire et de transition agroécologique, de biodiversité, de lutte contre la peine de mort, de lutte contre la traite, de respect des droits des communautés autochtones ou encore de tourisme responsable.

► Retrouvez l’information complète des décisions de financement du comité ONG de l'AFD du 12 octobre 2021 en cliquant ici.

PROJETS DE TERRAIN

  • La Chaîne de l'espoir – Renforcer la prévention et la prise en charge intégrée des enfants souffrant du noma et de pathologies maxillo-faciales au Burkina Faso et au Mali (phase 2)

Ce projet est une mise à l’échelle de la phase pilote mise en œuvre par La Chaîne de l’espoir entre 2017 et 2020 dans trois régions du Burkina Faso et qui visait à développer la prévention et la prise en charge des enfants souffrant du noma (infection gangreneuse considérée par l’OMS comme le quatrième fléau mondial) et de pathologies maxillo-faciales. Cette seconde phase se déroule dans cinq nouvelles régions du Burkina Faso et dans cinq régions du Mali. 

  • Santé Sud – Lutter contre la drépanocytose au Mali et en Mauritanie

Ce projet vise à développer la prévention et la prise en charge de qualité des personnes atteintes de drépanocytose, avec quatre objectifs : sensibiliser les communautés à cette maladie ; renforcer l’offre de soins des centres de santé primaires jusqu’aux plateaux techniques de référence nationaux ; assurer la coordination inter-pays du projet, l’organisation de séminaires et la conduite d’une étude de prévalence ; proposer une évaluation du projet et une capitalisation sur le renforcement du continuum de soins.

Le projet propose trois volets : étendre le diagnostic de la drépanocytose ; améliorer la prise en charge des patients ; appuyer la dynamique communautaire de la sensibilisation, la structuration des OSC et le cadre stratégique national, et dynamiser la recherche et le partage de connaissances au niveau international. 

  • Drep.Afrique – Former les praticiens de santé africains et faciliter l’accès au traitement contre la drépanocytose en Afrique de l’Ouest et centrale

Le projet vise à améliorer la formation des soignants au diagnostic et au traitement de la drépanocytose en Afrique où la maladie, à forte prévalence, frappe fortement les enfants. L’action la plus importante consiste à assurer une formation diplômante à du personnel médical et paramédical originaire d’Afrique francophone. 

  • Fondem – Développer l’entrepreneuriat local par la valorisation des usages productifs à Madagascar et au Burkina Faso

Le projet DEVEL’UP repose sur un constat largement partagé selon lequel l’arrivée de l’électricité n’est pas une condition suffisante au développement socio-économique local. Il s’avère nécessaire d’accompagner et de développer les usages productifs de l’électricité pour contribuer à l’augmentation des revenus des acteurs économiques tout en pérennisant le service électrique. Ce projet vise deux objectifs : développer l'entrepreneuriat rural productif dans le sud de Madagascar, dans des localités déjà concernées par des projets d’électrification par mini-centrale solaire ou éolienne ; adapter la méthodologie PAMÉLA au contexte d'intervention du Burkina Faso pour une mise en œuvre opérationnelle au cours d’une seconde phase.

  • Acting for Life – Renforcer la transition des systèmes agricoles et alimentaires au Bénin, au Burkina Faso, au Togo, en Colombie et au Pérou

La première phase de cette convention programme vise à renforcer les systèmes agricoles et alimentaires par une meilleure maîtrise de l’aval. Le projet met au cœur de son approche une meilleure articulation de l’agriculture familiale avec les marchés locaux, des aliments de qualité produits localement pour répondre aux besoins des consommateurs, une plus grande professionnalisation des acteurs des filières et des partenariats durables et équitables. 

  • CARI – Accompagner la gestion durable des terres et la transition agro-écologique dans la région d’Arusha, en Tanzanie

Le projet vise à soutenir les exploitations agricoles familiales pour leur permettre d’assurer leur durabilité et leur contribution à la souveraineté alimentaire et nutritionnelle du territoire. 

  • Tetraktys – Structurer un tourisme responsable et une gouvernance territoriale dans le canyon du Chicamocha, en Colombie (phase n°2 du projet Des Alpes aux Andes)

Le projet Des Alpes aux Andes vise à structurer un tourisme responsable et une gouvernance territoriale au service du développement du canyon du Chicamocha, situé dans le département de Santander. Les acteurs locaux s’engagent dans un développement plus durable, la valorisation du patrimoine et des potentialités des sites, une préservation des ressources naturelles et un développement économique durable pour les populations et les acteurs économiques locaux. 

Pour cette troisième phase, le projet sera étendu à trois nouvelles régions : Boucle du Mouhoun, Nord et Hauts-Bassins, dans des zones frontalières du Mali. Il vise trois objectifs : généraliser l’utilisation de l’outil et de la pédagogie liée au développement de la petite enfance déployés au cours des phases précédentes à l’ensemble des structures de développement de la petite enfance ; déployer une intervention communautaire précoce en s’appuyant sur les bibliothèques de rue ; améliorer l’efficacité des actions destinées à la petite enfance via des activités de capitalisation des innovations et de mise en réseau des acteurs.

L’objectif du projet « Yalla pour l'emploi et la protection » est d’améliorer la situation psycho-socio-économique de jeunes touchés par les explosions de Beyrouth de l’été 2020 en facilitant leur accès à la formation professionnelle, à des opportunités d'emploi ou d'entrepreneuriat et à des services de protection. 

  • CCFD-Terre solidaire – Sensibiliser à l’agriculture durable, à la biodiversité et à l’écocitoyenneté la jeunesse urbaine défavorisée de Beyrouth

Le projet a pour objectif de permettre à 2 000 jeunes des quartiers de la banlieue est de Beyrouth de se ressourcer et d’améliorer leurs connaissances et compétences dans un lieu dédié à l’environnement et à l’agriculture durable situé en dehors de la capitale.

Ce projet régional vise à accompagner les progrès vers l’abolition de la peine de mort au Maghreb. La phase 3 du projet déploiera une approche inclusive du combat abolitionniste en favorisant le travail auprès de tous les acteurs susceptibles d’avoir un rôle dans l’abolition dans les pays concernés : représentants des ministères, parlementaires, institutions nationales des droits de l’homme, organisations de la société civile, acteurs de la chaîne pénale, citoyens et plus particulièrement les jeunes. 

L’enjeu du projet est de contribuer à développer une stratégie de réponse efficace aux risques de retour de la peine de mort à l’échelle mondiale. Il s’attache à travailler dans quatre pays qui menacent plus particulièrement de la rétablir. Le projet s’articule autour de deux objectifs : le renforcement de capacité des acteurs de la société civile locale et la coordination accrue des acteurs abolitionnistes en soutien à la société civile locale.

  • Gret – Assurer la sécurité alimentaire et nutritionnelle en Afrique de l’Ouest et dans le Sud (phase 2 du programme ASANAO)

La seconde phase de ce programme vise à poursuivre la promotion et la mise en place de systèmes alimentaires durables et favorables à la nutrition, c’est-à-dire qui contribuent à la sécurité alimentaire et nutritionnelle, à l’intégrité environnementale, à l’équité économique ainsi qu’à l’équité sociale dans cinq pays du Sahel (Guinée, Sénégal, Mauritanie, Burkina Faso et Niger) ainsi qu’en Haïti, à Madagascar et au Cambodge. 

  • SEVES – Appuyer les acteurs locaux pour développer l’eau et l’assainissement dans la région de Maradi au Niger

Ce projet vise à mettre en place et/ou renforcer un service public de l’eau dans 13 communes (150 villages) de la région de Maradi au Niger, via trois volets : mise en place d’une gouvernance équilibrée entre les parties prenantes du service public de l’eau, création d’infrastructures dans les villages et assainissement. 

  • Fondation François Sommer – Structurer les filières communautaires d’utilisation durable des produits forestiers non ligneux pour préserver la biodiversité du parc national de Gilé, au Mozambique (phase 2)

Le parc national de Gilé est la seule aire protégée terrestre de la province de Zambézie. Cette aire a obtenu le statut de réserve nationale en 1999 puis de parc national en 2020. Le parc rentre dans une nouvelle étape de sa protection avec cette seconde phase qui comporte trois objectifs : renforcer les capacités du personnel pour protéger les ressources naturelles et améliorer le suivi de la grande faune ; promouvoir l’organisation de l’exploitation durable des produits forestiers non ligneux par les organisations communautaires au sein de la zone tampon ; renforcer les chaînes de valeur de ces produits forestiers. 

Plus de 40 % de la superficie du Pérou est destinée à l’exploitation minière et pétrolière. Ces territoires sont majoritairement habités par des populations autochtones qui sont les premières atteintes par les dommages environnementaux engendrés par cette industrie. Le projet contribue à assurer le plein exercice des droits reconnus aux communautés Awajún et Wampis dans le nord du pays. Cette seconde phase vise à renforcer les capacités des communautés, et notamment des femmes et des jeunes, en matière de défense de leurs droits collectifs. 

  • ECPAT – Lutter contre la traite, en particulier à des fins d’exploitation sexuelle, des enfants en migration dans six pays d’Afrique de l’Ouest

La convention programme Mobilité protégée vise à renforcer la protection des enfants en migration face aux risques de traite dans six pays : Burkina Faso, Côte d’Ivoire, Sénégal, Niger, Guinée, Mali. L’Afrique de l’Ouest est la région du continent au sein de laquelle les migrations sont les plus importantes. Parmi ces populations en mobilité, près d’un quart sont des enfants dont beaucoup de mineurs non accompagnés. Le projet vise donc à protéger et à aider les enfants en parcours de migration à échapper aux risques de traite.

  • Agrisud – Renforcer et diversifier les activités agricoles pour les minorités ethniques du parc national de Hoang Lien au Vietnam (phase 2 du projet IDEAS)

Le projet vise à sécuriser, améliorer, diversifier et commercialiser les productions agricoles et d’élevage des populations vivant dans et autour du parc naturel de Hoang Lien. La première phase visait à promouvoir un développement économique durable territorialisé dans le secteur de l’agroécologie. Cette seconde phase renforce cette approche avec trois objectifs : poursuite du renforcement de la professionnalisation des exploitations agricoles familiales, des groupements agricoles et de la création de la coopérative Hoang Lien ; développement d’une offre de services agricoles diversifiée et viable économiquement ; mise en œuvre d'actions de sensibilisation pour la protection de l’environnement et la préservation des ressources du parc incluant une approche genre.

  • ATIA – Renforcer le pouvoir d’agir des femmes des quartiers précaires d’Inde et de Madagascar 

La lutte contre les violences basées sur le genre est inscrite dans la loi depuis 2005 en Inde et depuis 2019 à Madagascar. Pour autant, elles font encore l’objet d’une acceptation sociale très forte, alors même que les impacts sur la vie des femmes (et par ricochet de leurs enfants) sont importants. ATIA souhaite mettre l’accent dans ce nouveau projet sur l’empowerment des femmes. Le projet propose un accompagnement social à domicile des femmes responsables de famille, permettant l’identification des problèmes sociaux prioritaires.

  • Initiative Développement – Renforcer la résilience climatique des territoires ruraux au Burkina Faso, au Sénégal et au Tchad

Le projet Résisterre vise à renforcer la résilience climatique de territoires ruraux sahéliens. Il s’appuie sur la consolidation et la structuration, l’essaimage et le changement d’échelle d’initiatives locales prometteuses portées par des partenaires locaux identifiés. Il prévoit également de travailler autour de trois thématiques transversales : le genre, la jeunesse et le lien avec le maillage institutionnel via l’implication des collectivités territoriales.


PROJETS D’INTÉRÊT GÉNÉRAL

Le projet DERASH est la troisième phase d’un programme dont l’objectif est d’animer, de coordonner, d’accompagner et de promouvoir les pratiques des acteurs français de la solidarité avec Haïti engagés dans des actions de développement. 

  • CRID – « La société civile donne de la voix ! » : co-construire et porter un projet transformatif de solidarité internationale en réponse aux défis mondiaux

Collectif associatif qui rassemble près de 50 organisations de solidarité internationale, le CRID défend un projet de société soutenable à l’échelle mondiale et milite pour une place renforcée de la solidarité internationale dans les débats publics et les mobilisations citoyennes. Avec ce projet, le CRID initie et anime des espaces de concertation, de formation et de formulation de propositions politiques alternatives, partagées par de nombreuses OSC et mouvements sociaux, en France, en Europe et dans le monde.

Avec ce projet décliné aux échelons régionaux, nationaux et internationaux, E&D souhaite co-construire avec les jeunes et étudiants membres d’associations de solidarité internationale et d’éducation à la citoyenneté et à la solidarité internationale (ECSI) leurs parcours d’engagement. En travaillant à la structuration du milieu des jeunes engagés en termes de pratiques et d’impact de leurs projets, le réseau veille aussi à être un acteur de l'ECSI par et pour les jeunes.