• logo linkedin
  • logo email
Analyser les inégalités multidimensionnelles
Ce projet cherche à contribuer aux objectifs de la facilité de recherche sur les inégalités via l’analyse des inégalités multidimensionnelles au Vietnam. Il permettra de répondre aux questions suivantes : quelles sont les inégalités les plus importantes au Vietnam ? Quels sont les moteurs des inégalités les plus frappants ? Sur quelles politiques le gouvernement vietnamien devrait-il se concentrer pour faciliter la réduction des inégalités ?

Ce projet portait à l'origine également sur l'analyse des inégalités au Burkina Faso. Celui-ci a toutefois été suspendu.
Contexte

Malgré les progrès importants réalisés par le Vietnam en termes de croissance, de réduction de la pauvreté et même de réduction des inégalités, il reste des efforts à consentir sur les questions des inégalités et du développement humain.

Au Vietnam, près de 30 millions de personnes sont sorties du seuil de pauvreté officiel ces 30 dernières années et l’Indice de développement humain (IDH) a augmenté notablement. Depuis 20 ans, les données indiquent cependant que les inégalités de revenus augmentent dans le pays. Selon la Banque mondiale, le coefficient de Gini du Vietnam est passé de 35,7 à 38,7 entre 1992 et 2012. En outre, les 210 super-riches présents dans le pays en 2014 rassemblaient entre leurs mains pas moins de 20 milliards de dollars, soit l’équivalent de 12 % du PIB vietnamien. Selon les calculs d’Oxfam-Vietnam, le plus riche habitant du pays engrange en un jour davantage que ce que gagnent ses concitoyens les plus pauvres en dix ans.


Ce projet s’inscrit dans le cadre de la première phase de la Facilité de recherche sur les inégalités, coordonnée par l’AFD et financée par la Direction Générale des Partenariats Internationaux de la Commission européenne sur la période 2017-2020. La première phase de la Facilité a permis la conduite de 22 projets de recherche et la publication d’une centaine de papiers de recherche et de policy briefs.


Objectifs

L'objectif est d’adopter une approche multidimensionnelle afin de générer des analyses convaincantes sur les inégalités. Cette démarche se centrera principalement sur l’inégalité des chances et des représentations, afin de lancer un dialogue avec les parties prenantes, avant tout en ce qui concerne les débats sur les politiques publiques pour la réduction des inégalités. À moyen terme, le MIF pourrait également servir à influencer la supervision de l’ODD 10 dans le pays. 

Les objectifs spécifiques sont les suivants :

  • développer, piloter et adapter le « Cadre des inégalités d’Oxfam Vietnam » (CIOV) au contexte spécifique du pays
  • se servir du CIOV comme outil pour favoriser une pleine compréhension de diverses dimensions des inégalités (avec une attention spéciale aux inégalités de chance et de participation) et identifier les lacunes en termes de politiques dans la réduction des inégalités au Vietnam.

La méthodologie et le résultat des recherches du CIOV sont partagés avec les décideurs politiques, instituts de recherche et autres institutions de développement.

Méthode

Le MIF a pour vocation de saisir la nature multidimensionnelle des inégalités, expérimentée dans sept domaines de la vie, et de montrer qu’il existe de nombreuses formes d’inégalités (comme la concentration des richesses, les écarts salariaux, la dispersion des revenus, les variations sociales en termes de mortalité et l’isolement social accru des personnes âgées). Au sein de chacun des sept domaines de vie, la cadre offre une série de sous-domaines, ainsi que nombre d’indicateurs et de mesures qui peuvent être utilisés pour évaluer et suivre les inégalités multidimensionnelles dans un contexte donné. Une grande partie des indicateurs et mesures suggérés dans le cadre des sous-domaines sont liés au cadre des ODD, que les gouvernements se sont déjà engagés à surveiller. Un élément qui pourrait s’avérer utile pour garantir un niveau minimum de disponibilité des données dans tous les pays.

En plus des enquêtes nationales sur les ménages, la boîte à outils d’Oxfam sur les inégalités, qui accompagne la mise en œuvre pratique du MIF dans un contexte donné, propose plusieurs bases de données mondiales à l'usage des équipes désireuses d’appliquer le cadre.

Résultats

Les résultats de la recherche indiquent des inégalités critiques persistantes dans plusieurs domaines de la vie.  Après avoir mené une analyse quantitative et qualitative, la recherche identifie des écarts importants entre les sous-groupes de population sur les axes d'inégalité spatiale, socio-économique et ethnique dans leur capacité à jouir du droit à une éducation de qualité et à vivre une vie sans maladie et à accéder à des établissements de soins de santé de qualité. Les personnes appartenant à des minorités ethniques (EM), les femmes et les personnes vivant dans les provinces rurales sont plus touchées par les inégalités en matière de santé et d'éducation que les Kihn, les hommes et les ménages à revenus élevés vivant dans des zones à prédominance urbaine. 

En outre, l'inégalité dans la capacité à participer, à faire entendre sa voix et à influencer les affaires publiques est extrêmement aiguë entre les hommes et les femmes et les ménages les plus pauvres, avec un niveau d'éducation plus faible, par rapport aux ménages urbains les plus riches et les plus instruits. 
 
Vous trouverez ci-dessous le papier de recherche et le policy brief liés à ce projet (en anglais):

Visionner la présentation du rapport "Multidimensional Inequalities in Vietnam" par Vu Thi Quynh Hoa (Head of Campaign & Advocacy in Oxfam Vietnam) et le Dr. Phuong Duc Tung (directeur de l'Institut de recherche sur le développement du Mékong) lors du deuxième webinaire des Conversations de recherche de l'AFD :

Enseignements
20/11/2018
Date de début du projet
20/04/2020
Date de fin du projet
1 an et 5 mois
Durée du programme
Vietnam
Localisation
100 000
EUR
Montant du financement
Achevé
État
Partenaires

Contact :

Anda David, chargée de recherche, AFD

Felipe Korreales, chargé de recherche, AFD

Le contenu de cette fiche projet relève de la seule responsabilité de l’AFD et ne reflète pas nécessairement les opinions de l’Union européenne.