• logo linkedin
  • logo email
Moldavie
Face aux multiples crises traversées par la République de Moldavie, notamment depuis le début de la guerre en Ukraine, le groupe AFD a accéléré son déploiement sur place. L’objectif, au-delà des crises, est d’accompagner le pays dans son rapprochement avec l’Union européenne et son cheminement vers une économie juste et durable.

Déjà présent sur le terrain depuis 2021 avec Expertise France, le groupe AFD a renforcé son action depuis l’ouverture du bureau AFD à Chisinau en février 2022. Ainsi, les équipes collaborent efficacement avec leurs partenaires moldaves pour atténuer les conséquences économiques et sociales du conflit russo-ukrainien. 

En juin 2022, l’État français a alloué, via l’AFD, un prêt de soutien budgétaire de 15 millions d'euros à l’État moldave, afin de maintenir les services essentiels pour les citoyens. Par ailleurs, en cofinancement avec la Banque mondiale, un prêt budgétaire de 60 millions d’euros vise à soutenir les réformes de l’énergie et du rail, secteurs clés de la transition vers une économie plus sobre en carbone et du processus d’intégration à l’Union européenne (UE). Des premiers projets de réhabilitation de voies vont permettre de restaurer, moderniser et développer les infrastructures de transport.

Rail Moldavie
© Alexandre Lorot / AFD

 


Du côté du secteur privé, Proparco a signé en mai 2022 sa première opération en Moldavie pour aider la principale institution de microfinance du pays, Microinvest, à servir un nombre accru de microentrepreneurs et de PME, notamment des entreprises en zone rurale et dans le secteur agricole. Ce projet devrait soutenir directement et indirectement le maintien de 3 600 emplois dans les cinq ans à venir.


Lire aussi : Le groupe AFD lance ses premières opérations en Moldavie


Appuyer les organisations de la société civile sur le terrain

L’AFD a tenu à soutenir les organisations de la société civile impliquées dans la réponse humanitaire à la guerre russo-ukrainienne, notamment face à l’arrivée de réfugiés ukrainiens. Une subvention de 2,6 millions d’euros, en partenariat avec la Fondation de France, a été versée à trois organisations françaises œuvrant sur le terrain en Moldavie : Solidarités international, Médecins du monde et Handicap international.

Ces fonds sont destinés à renforcer la résilience de la société moldave dans les secteurs de la santé, de l’éducation, de l’emploi et de l’inclusion des personnes en situation de handicap. À terme, 20 établissements scolaires seront appuyés, 900 réfugiés adultes seront accompagnés dans leur retour à l’emploi et 80 000 consultations médicales ou psychosociales seront apportées à la population ukrainienne.

Aide alimentaire Moldavie
© Paul Lemaire / AFD
 
 
 
 
 
 

Consolider l’État de droit    

Le système financier moldave a beaucoup souffert de la fraude bancaire de 2014 qui a fait disparaître 1 milliard de dollars, soit 12,5 % du PIB national. Expertise France, filiale du groupe AFD pour la coopération technique internationale, a déployé une experte internationale financée par le ministère de l’Europe et des Affaires étrangères pour appuyer la présidence sur le recouvrement des avoirs volés.

Expertise France met également en œuvre sur fonds européens, en partenariat avec la Lituanie, le projet ETAAJS, qui vise à améliorer la transparence, la redevabilité et l’accès au système judiciaire.


Lire aussi : L’AFD et la Fondation de France aux côtés de la Moldavie pour l’accueil des réfugiés venus d’Ukraine


Ancrer la transition dans la durée

Au-delà de la réponse aux crises énergétique, sociale et économique exacerbées par le conflit, l’AFD collabore à long terme avec la Moldavie. « Notre soutien s’inscrit dans la durée, pour aller vers une convergence avec les normes de l’UE et vers une économie plus verte et plus juste, rappelle Cécile Couprie, directrice régionale de l’AFD pour l’Eurasie. En plus des financements, nous apportons un appui technique aux acteurs moldaves et les mettons en lien avec leurs homologues français. » Une assistance technique est fournie au gestionnaire du réseau électrique Moldelectrica, à la société de chemin de fer nationale CFM ou encore aux acteurs de la politique forestière. Pour Cécile Couprie, « ces programmes sont un premier pas vers une collaboration plus poussée et étalée sur plusieurs années, pour accompagner la Moldavie dans ses multiples transitions ».

Donnez-nous votre votre avis sur notre site web en répondant à notre grande enquête !