• logo linkedin
  • logo email
L’impact distributionnel des projets de coopération au développement
Les programmes de coopération au développement contribuent-ils à la réduction des inégalités ? Ce projet a permis de tester une méthodologie pour étudier l’impact sur la réduction des inégalités de trois projets menés par l’AFD au Cameroun, en Colombie et en Tunisie. Les résultats montrent que cette méthodologie s’avère essentielle pour affiner et ajuster les programmes avant leur mise en œuvre.
Contexte

La lutte contre les inégalités de revenus et d’autres dimensions du bien-être est au cœur de l’Objectif de développement durable 10 (ODD10). Les agences de coopération multilatérales et bilatérales ont dirigé leurs efforts vers la promotion de la bonne gouvernance, du développement humain et économique, du combat contre la faim et enfin, de la réduction des inégalités. 

L’augmentation des financements d’initiatives axées sur la réduction des inégalités s’accompagne d’un besoin de suivi des progrès réalisés en matière d’ODD mais surtout, d’évaluation de la contribution des programmes de développement à la réalisation de ces objectifs. Néanmoins, les inégalités fluctuent du fait d’une myriade de facteurs allant des politiques de redistribution à l’évolution des prix sur les marchés internationaux. C’est pourquoi une équipe de chercheurs de l’école de commerce EADA a mis au point une méthodologie d’identification des impacts distributionnels potentiels des projets de coopération au développement.


Ce projet s’inscrit dans le cadre de la première phase de la Facilité de recherche sur les inégalités, coordonnée par l’AFD et financée par la Direction Générale des Partenariats Internationaux de la Commission européenne sur la période 2017-2020. La première phase de la Facilité a permis la conduite de 22 projets de recherche et la publication d’une centaine de papiers de recherche et de policy briefs.


Objectifs

Ce projet visait à piloter l’application de la méthodologie développée par EADA sur trois projets financés par l’AFD : un programme d’appui à l’amélioration de l’habitat urbain en Tunisie, un programme axé sur le renforcement des capacités de PME au Cameroun, et une opération d’appui budgétaire visant à soutenir une réforme du secteur de la santé en Colombie. L’objectif était de tester la méthodologie afin de déterminer la pertinence des informations qu’elle fournit et, sur la base de ces résultats, de revoir et d’ajuster la méthodologie elle-même.

Méthode

La méthodologie comprend quatre étapes d’analyse : 

  • analyse des niveaux et des déterminants des inégalités dans le pays
  • analyse visant à déterminer si la réduction des inégalités est au centre des stratégies nationales ou sectorielles, des accords des donateurs et des programmes pays
  • analyse des effets potentiels des programmes et projets sur la réduction des inégalités
  • analyse des effets potentiels de réduction des inégalités des opérations d’appui budgétaire.
Résultats

Dans l’ensemble, les résultats soulignent l’importance de mettre en place un ciblage en faveur des plus pauvres lors de la conception des projets de développement qui visent explicitement (ou implicitement) à contribuer à la réduction des inégalités dans les pays partenaires. Le principal atout de la méthodologie est qu’elle permet d’évaluer la portée potentielle des interventions pour les 40 % les plus pauvres en matière de répartition des revenus. Par conséquent, les informations fournies grâce à cette méthodologie peuvent être essentielles pour affiner les politiques avant leur mise en œuvre et maximiser leur impact redistributif.

Vous trouverez le papier de recherche lié à ce projet ci-dessous (en anglais) :

Enseignements

Ce projet a souligné l’importance d’identifier les bénéficiaires directs et indirects des projets, mais aussi, plus largement, d’obtenir une compréhension complète des interventions de développement, qui sont ici analysées sous l’angle de leurs objectifs et de leurs conditionnalités. 

Tout aussi importante est la participation des partie-prenantes dans la communication de leurs objectifs, de la portée et des limites des études. Dans certains cas, l’inclusion d’une composante qualitative au travers d’interviews, de consultations ou éventuellement de missions de terrain, peut être nécessaire pour assurer la réussite de la mise en œuvre et l’achèvement des études. 

06/06/2020
Date de début du projet
Cameroun, Tunisie et Colombie
Localisation

Le contenu de cette fiche projet relève de la seule responsabilité de l’AFD et ne reflète pas nécessairement les opinions de l’Union européenne.