• logo linkedin
  • logo email
Au Sahel, donner la parole aux jeunes permet de recréer du lien social
À l’occasion de la journée internationale du vivre-ensemble en paix du dimanche 16 mai, le groupe AFD rappelle comment il souhaite renforcer le lien social dans les projets qu’il finance et accompagne. L’enjeu ? Réduire toutes les formes d’inégalités mais aussi renforcer l’inclusion sociale pour contribuer à une meilleure résilience des sociétés.

Depuis la révolution industrielle, la croissance économique s’associe communément au bien-être social. Si cela semble s’être vérifié pendant plusieurs décennies, les inégalités économiques, sociales et politiques se développent aujourd’hui dans la plupart des sociétés et deviennent un facteur d’affaiblissement du lien social.

Par ailleurs, l’instabilité et les crises plus récentes, qu’elles soient humanitaires, alimentaires, sanitaires, économiques, politiques ou écologiques, ont engendré de la grande pauvreté impactant encore davantage la qualité du lien social et la capacité de résilience des sociétés et des individus.

La promotion du lien social, qui est à la fois le désir de vivre ensemble, la volonté de relier les individus dispersés dans une logique d’intérêt général et l’ambition d’une cohésion plus profonde de la société dans son ensemble, s’avère donc plus que jamais primordiale pour une institution comme l’AFD afin que ses opérations aient un impact positif pour les populations.


Lire aussi : Stratégie 100 % Lien social 2021-2025


Le lien social à l’AFD, une histoire de terrain

Grâce à ses 85 agences qui interagissent avec les bénéficiaires de ses financements, l’AFD a la volonté de contribuer à la réduction de toutes les formes d’inégalité, qu’elles soient de richesse, de revenu ou d’opportunité mais aussi celles liées aux groupes ethniques, aux territoires ou au genre.

Par exemple, à Buenaventura, le projet AFD « Taller Abierto » forme et accompagne, en partenariat avec le groupe Agir ensemble et l’ONG Taller Abierto, les femmes, les enfants et les jeunes pour qu’ils puissent se défendre contre la violence dont ils sont victimes. Plus grand port commercial de Colombie, cette zone stratégiquement économique est aussi l’une des plus dangereuses du pays, habituée des activités illicites que se disputent les bandes criminelles qui contrôlent et terrorisent les quartiers. Le projet vise ainsi à renforcer la protection de ces personnes pour qu’elles deviennent promotrices de leurs droits et de la paix, et à créer des environnements sécurisés au sein des écoles, des familles et des communautés.


Dialogue et inclusion sociale

Le groupe AFD veut également pouvoir renforcer l’inclusion, en mettant notamment l’accent sur le dialogue avec les acteurs des pays partenaires, et la prise en compte de leurs attentes, besoins et aspirations à travers ses opérations.

Au Burkina Faso, au Mali et au Niger, le projet « MediaSahel » renforce les capacités des professionnels des médias locaux, pour favoriser une meilleure diffusion de l’information et l’ouverture d’espaces interactifs à l’expression de tous et plus particulièrement des femmes et des jeunes. Bien que représentant plus de 65% de la population en zone Sahel, la parole de la jeunesse est en effet souvent confisquée. Leur donner de la voix permet de recréer du lien social et favorise une meilleure appréhension des évolutions sociétales par les leaders de la société civile et les gouvernants.

Une stratégie alignée sur les priorités portées par la France

La finalité de la nouvelle stratégie « 100% Lien social » de l’AFD, adoptée le 11 mars 2021, est de relayer dans ses opérations les orientations et priorités portées par la France (à travers le nouveau projet de loi relatif au développement solidaire et à la lutte contre les inégalités mondiales), mais aussi de faire écho au discours du président de la République qui rappelait, lors du Forum économique mondial de Davos en janvier 2018, l’importance du capital humain, de son éducation et de sa formation.

Pour l’AFD, le lien social est la condition d’un développement durable et partagé. En choisissant de placer l’individu au cœur du développement, l’AFD participe à un modèle sociétal qui réconcilie l’Humain et la Planète et contribue à l’atteinte des 17 Objectifs de développement durable de l’agenda 2030.


« Dans un monde où nous nous retrouvons régulièrement témoins de tensions, d’actes de haine, du rejet des autres et de discriminations, la quête de la paix et la volonté de vivre ensemble en harmonie sont plus fondamentales que jamais ». Audrey Azoulay, directrice générale de l’UNESCO

« Le lien social, c’est finalement ce qui fait qu’une société tient debout. […] Pour refaire des liens, la promotion des "communs" est décisive. Les stades, les piscines, le sport sont des médiations importantes. Mais aussi la langue, la culture… Ce que nous partageons en commun, voilà ce qui nous humanise et que le "chacun pour soi" de la privatisation met en péril. […] L’antidote, c’est la transition sociale et écologique, un projet collectif qui prend ceci au sérieux : nous avons un seul monde en commun ». Gaël Giraud, directeur de recherche au CNRS, et ancien économiste en chef de l'AFD


Retrouvez ci-dessous la stratégie 100 % Lien social de l'AFD en vidéo :