Décembre 2019 : plus de 120 nouveaux financements approuvés par l'AFD

publié le 19 décembre 2019
  • logo linkedin
  • logo email
image générique AFD
Plus de 120 projets ont été approuvés par le conseil d’administration de l’AFD du 19 décembre 2019 ainsi que par le comité des États étrangers des 4 et 18 décembre et par le comité Outre-mer du 18 décembre 2019 pour un montant total de 4,381 milliards d’euros, 372 millions de dollars et 2,5 milliards de rands.
Le conseil d’administration a également approuvé le budget 2020 de l’AFD et a entériné les prévisions financières et de moyens pour l’année 2020.

Parmi les nouveaux financements figurent notamment : 

  • Appui à la réforme du secteur bancaire public, Tunisie

Secteur : secteur productif
Montant du financement : prêt d’un montant total de 150 millions d’euros et subvention de 2,1 millions d’euros

Le programme vise à accompagner le processus de restructuration des trois principales banques publiques tunisiennes, permettant d’orienter leur stratégie vers les flux de financement des investissements dans des secteurs économiques porteurs de croissance, favorisant l’inclusion sociale et contribuant à la réduction des inégalités. L’enveloppe financière allouée à chacune des banques contribuera à la poursuite de chantiers de transformation interne, portant notamment sur leur pilotage financier et la maîtrise des risques, leur transformation digitale et la finance responsable ; les lignes de crédit permettront quant à elles d’appuyer la réalisation de leur plan d’affaires et de renforcer le financement de secteurs à fort impact en matière de cohésion sociale et développement territorial.

Secteur : assainissement
Montant du financement : subvention de 15 millions d’euros

L’objectif de ce projet est de renforcer la résilience urbaine des quartiers de Kinshasa (N’danu, Salongo et Abattoir) soumis au risque d’inondation et au risque sanitaire et d’accompagner l’adaptation au changement climatique grâce à une meilleure gouvernance urbaine et une gestion partagée des services urbains essentiels. Le projet visera donc à accompagner la société civile dans la précollecte, le tri et la réduction des déchets ménagers afin de lui permettre, grâce à une sensibilisation, un renforcement des capacités et une structuration sociale, d’assurer par la suite l’entretien des berges, des voiries et des drains attenants en lien avec les autorités kinoises.

  • Programme d'appui à la transition de l'Algérie vers une économie verte et circulaire (ECOVERTEC)

Secteurs : économie verte - secteur productif
Montant du financement : subvention de 9,37 millions d’euros

L'objectif du projet est de contribuer à l'émergence d'une économie durable et inclusive en Algérie. Il vise à accompagner le développement du secteur privé par la transition des PME/TPE vers des modes de production et de consommation propres et l'adoption d'une démarche globale de responsabilité environnementale et sociale respectueuse de l'égalité hommes-femmes et l'appui aux initiatives entrepreneuriales dans ces secteurs, portées notamment par les jeunes et les femmes.

  • Appui à la justice civile et commerciale au Sénégal (JUCICOM)

Secteurs : gouvernance - justice
Montant du financement : subvention de 8 millions d’euros et prêt de 12 millions d’euros

Le projet a pour objectif global de contribuer au bon fonctionnement des institutions judiciaires, afin d’offrir aux justiciables et aux citoyens un service de justice accessible, efficace et efficient. Le projet contribuera ainsi au renforcement du pilotage stratégique et opérationnel de la lettre de politique sectorielle justice et d’améliorer la justice civile et commerciale pour consolider les efforts de sécurisation de l’environnement des affaires

  • Connectivité écologique au Nord Kenya

Secteur : biodiversité
Montant du financement : subvention de 3,7 millions d’euros

Ce projet vise à contribuer au rétablissement de la connectivité écologique dans le Nord Kenya en soutenant les aires protégées communautaires, formes innovantes de gestion des territoires, des ressources naturelles et de la faune sauvage, complémentaires des aires protégées étatiques. Le projet viendra en appui à trois aires protégées communautaires situées en périphérie de la réserve nationale de Marsabit, au nord du Kenya, et contribuera à la création de quatre nouvelles aires protégées communautaires au nord et à l’est du parc national de Meru.

  • Prêt de politique publique en appui à un programme de réformes de la gouvernance économique et financière, Ouzbékistan

Secteur : gouvernance économique et financière
Montant du financement : prêt de 50 millions d’euros

L’Ouzbékistan est actuellement engagé dans une transition d’une économie dirigée post-soviétique à une économie de marché ouverte sur le monde. Dans ce contexte, le programme vise à renforcer les capacités de l’État ouzbek à collecter, analyser et publier les données de base sur l’économie pour éclairer la prise de décision, renforcer la gestion des finances publiques et la supervision bancaire pour limiter les risques budgétaires et financiers pesant sur l’État, et à moderniser la gouvernance des entreprises publiques et des partenariats publics-privés afin d’améliorer la qualité des prestations et de l’investissement public.

  • Renforcement de l’égalité de genre dans l’accès aux opportunités économiques, Albanie

Secteur : appui aux politiques publiques
Montant du financement : prêt de 50 millions d’euros et subvention de 1,5 million d’euros

Le programme vise à accompagner et promouvoir une croissance plus inclusive et plus équitable en Albanie en s’attaquant aux facteurs qui privent les femmes des mêmes opportunités économiques que les hommes. Ce faisant, le projet contribue à la réalisation des critères sociaux requis pour l’intégration à l’Union européenne.

  • Agroecology and Safe food System Transitions in South-East Asia (ASSET)

Secteur : développement agricole
Montant du financement : subvention de 11,54 millions d’euros

Ce nouveau financement (dont 7 millions d'euros délégués de l’UE) sera mis en oeuvre par un consortium associant le GRET, le Cirad et d’autres ONG locales dans quatre pays d’Asie du sud-est (Birmanie, Cambodge, Laos, Vietnam) avec pour finalité de soutenir la transition agro-écologique dans la région. Ses principaux objectifs seront de renforcer le réseau des acteurs existant ; de permettre des changements techniques, organisationnels et institutionnels ; de renforcer la demande des citoyens pour des produits alimentaires plus durables, et de renforcer le dialogue sur les politiques existantes en matière d'agriculture, d'alimentation et de santé aux niveaux local, national et régional (ASEAN).

  • Modernisation du service de l’eau et de l’assainissement de la ville de Pasto, Colombie

Secteur : eau et assainissement
Montant du financement : prêt de l’équivalent en pesos colombiens de 25 millions de dollars

Empopasto est l’entreprise publique municipale en charge des services d’eau potable et d’assainissement de la ville de Pasto. Le projet vise à accompagner Empopasto dans l’amélioration de son service d’eau et d’assainissement en cohérence avec les orientations définies dans son schéma directeur. Il vise également à renforcer la disponibilité des ressources en eau potable ; à améliorer le fonctionnement des réseaux d’eau et diminuer les pertes techniques ; à supprimer les points de rejets d’eaux usées au Rio Pasto à la traversée de la ville via la construction de nouveaux collecteurs.

  • Prêt de politiques publiques pour la mise en oeuvre du plan national de « Décarbonation », Costa Rica

Secteur : politique de l’environnement
Montant du financement : prêt de 150 millions de dollars

Ce prêt de politiques publiques vise à contribuer à la trajectoire de décarbonation de l’économie, sur la base du plan national de décarbonation du Costa Rica qui est l’un des rares pays au monde à avoir produit une telle stratégie de long terme. Plus particulièrement, ses objectifs spécifiques sont d’amplifier l’usage de l’électricité, notamment dans les secteurs de l’énergie et du transport à travers la mobilité électrique, de favoriser la restauration et la protection des écosystèmes à haut potentiel de captation du carbone, de promouvoir des systèmes de production agricole bas-carbone, de renforcer la gestion et le pilotage de l’action climat.


► L’ensemble des financements et la communication du conseil d’administration de l’AFD sont à retrouver ici.